“Les fondements économiques et culturels d’un Etat fédéral d’Afrique noire” de Cheick Anta Diop.

Dans ce livre , Cheick Anta Diop présente des arguments convaincants contre tous les efforts visant à unifier politiquement. Diop soutient que l’Afrique post-coloniale n’a pas été en mesure d’obtenir une indépendance significative de ses anciens maîtres occidentaux parce que les nombreux Etats africains sont disjoints, politiquement isolés les uns des autres et sensibles à la domination étrangère et à l’influence extérieure. Il appelle ce problème « l’américanisation du Sud » en faisant allusion aux phénomènes similaires qui ont tourmenté les nations d’Amérique latine une fois qu’elles ont obtenu leur ‘’indépendance’’ de l’Espagne et d’autres puissances européennes.

Bref, le fédéralisme continental africain et nécessaire pour arrêter le néo-colonialisme et introduire de véritables valeurs culturelles, économiques, Diop soutient que pour s’unifier politiquement, de vastes régions d’Afrique doivent d’abord adopter une langue commune. Deuxièmement, les Etats africains individuels dans les différentes régions du continent doivent être disposés à céder une partie de leur souveraineté nationale (en particulier dans les domaines du commerce extérieur, de la défense et de l’économie) à une entité politique continentale / régionale qui a le pouvoir de lier tous les Etats ensemble sous des intérêts communs. Ce n’est qu’alors que des intérêts économiques unifiés pourront être garantis.

Diop consacre une partie importante du livre à détailler les ressources naturelles vastes et abondantes de l’Afrique. Ces ressources donnent à l’Afrique la capacité de s’industrialiser et de devenir autosuffisante en énergie propre. Cependant, l’Afrique doit d’abord briser les chaînes de domination étrangère indirecte. Cela ne peut se faire que par l’unité politique entre les différents Etats africains sous la forme d’un seul Etat fédéré (ou, dans l’intervalle, de diverses entités politiques régionales).

Diop comprend un programme en 15 étapes pour l’unité continentale de l’Afrique et passe beaucoup de temps à discuter de la nécessité d’inclure l’Afrique du Nord arabe dans le programme. Diop précise également que L’Etat fédéré unifié ne serait pas exclusif sur la base de la couleur de la peau ou de la « race », mais qu’aucun Etat blanc ne serait autorisé à exister en Afrique.

C’est une excellente introduction au cadre historique que les panafricanistes tels que Diop, Nyerere et Nkrumah considéraient à l’ère. Il illustre également ce sur quoi le radicalisme noir/africain devrait se concentrer en 2021 et au-delà. L’unité panafricaine est autant une nécessité aujourd’hui qu’elle l’était dans les années 60, 70 et 80. L’accent mis par Diop sur la renaissance culturelle africaine (à travers l’adoption des langues indigènes et la compréhension de l’histoire civilisationnelle africaine) informe sa conviction que la culture est essentielle pour unir le continent africain et vaincre une fois pour toutes les forces de l’impérialisme occidental.

Ce livre donne un aperçu très significatif de la richesse africaine et des problèmes actuels de mauvaise gestion. Tout Africain qui se soucie de son peuple doit lire ceci. Il décrit le chemin de notre libération et de notre succès.

À propos de l'auteur /

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour effectuer la recherche