Fibrome utérin : quels sont les traitements possibles ?

Le fibrome utérin touche environ 30 à 50 % des femmes âgées de plus de 30 ans. Bien qu’il soit bénin, il peut être responsable de symptômes inconfortables et douloureux. Heureusement, il existe désormais différents moyens qui permettent de traiter cette tumeur. Retrouvez tous les détails dans cet article.

Qu’est-ce qu’un fibrome utérin ?

Les fibromes utérins (appelé également léiomyomes ou myomes) sont des tumeurs bénignes qui se développent à partir du muscle de l’utérus. Leur taille peut varier de la grosseur d’un pois à celle d’un pamplemousse, voire plus.

Selon leur localisation, on peut avoir 3 types de fibromes utérins.

  • Les fibromes sous-séreux : à l’extérieur de l’utérus.
  • Les fibromes interstitiels ou intramuraux : dans la paroi de l’utérus (c’est-à-dire dans l’épaisseur du myomètre).
  • Les fibromes sous-muqueux ou endocavitaires : dans la cavité utérine. Ils peuvent être responsables de règles abondantes (ménorragies), de saignements en dehors des règles (métrorragies) et de troubles de la fertilité.

Quels sont les symptômes ?

Dans la grande majorité des cas, les fibromes utérins sont asymptomatiques et passent donc inaperçus. Mais dans certains cas, ils peuvent entrainer des signes comme :

  • des saignements utérins anormaux (ménorragies ou ménométrorragies) ;
  • des douleurs abdominales ;
  • une sensation de pesanteur pelvienne ;
  • des envies fréquentes d’uriner ou de constipation.

Quels sont les traitements envisageables devant les fibromes ?

Environ 50 % des fibromes sont asymptomatiques et ne doivent faire l’objet d’aucun traitement. Les patientes doivent cependant effectuer une surveillance périodique (tous les 6 à 12 mois par exemple). Seuls les fibromes douloureux, gênants ou qui provoquent des ménorragies ou des ménométrorragies sont à traiter.

Différents traitements peuvent être proposés en fonction de la taille, de la localisation et du nombre de fibromes. Parmi eux, on peut citer les médicaments anti-hémorragiques, antalgiques et anti-inflammatoires.

Traitement par médicaments hormonaux

Les médicaments hormonaux (les agonistes de l’hormone de libération des gonadotrophines) et les progestatifs peuvent être proposés par le médecin. Ils agissent pour diminuer l’intensité des symptômes et limiter le développement des fibromes.

La chirurgie pour enlever le fibrome

La chirurgie (appelé également myomectomie) est un traitement conservateur. Elle consiste à retirer uniquement le ou les fibromes tout en conservant l’utérus.

En revanche, il y a aussi l’hystérectomie. C’est une intervention qui implique l’ablation totale de l’utérus. C’est le recours en cas de fibrome de plus de 10 cm ou d’un trop grand nombre de fibromes engendrant des pressions au niveau des organes à proximité.

L’embolisation des artères utérines

Cette technique non chirurgicale de radiologie interventionnelle consiste à interrompre la vascularisation des artères utérines irriguant le fibrome. Cela va diminuer la taille du myome et réduire les symptômes.

À propos de l'auteur /

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour effectuer la recherche