Comment ouvrir une agence de voyage?

Passionnée de découvertes, de voyages et dotée d’un bon relationnel, vous aspirez à mettre de la magie dans les vies des gens le temps d’une journée, un week-end ou une période plus longue, votre côté entrepreneur vous murmure l’idée de vous lancer mais vous hésitez parce que vous ne savez par où commencer ? Ces quelques lignes sont faites pour vous et n’attendent que vous. Découvrez en quelques étapes comment accéder à votre autonomie en devenant propriétaire d’une agence de voyage.  

Clarifier son idée

Que voulez-vous vraiment faire? Comment vous y prendre? Quelles sont les ressources  à mettre en concurrence pour y arriver? Prenez le temps de bien définir ce à quoi vous aspirez pour ne pas aller dans les tous sens. Vous pouvez vous servir du questionnement échelonné abordé dans un précédent article (Entreprendre : pour quoi faire ?) pour y parvenir.

Étudier  son environnement

Vous n’êtes pas dans une bulle où tout se déroule selon votre volonté mais dans un environnement bien défini qui peut être perçu comme une jungle si on n’est pas averti.   Les outils tels que le PESTEL (outil de recensement des facteurs Politiques, Economiques, Sociologiques, Technologiques, Environnementaux, Légaux sur le plan macro-économique) et la matrice SWOT (matrice d’analyse des Forces, Faiblesses, Opportunités et Menaces de l’organisation) donnent un aperçu de l’écosystème dans lequel votre entreprise va évoluer. A partir de là il faudra prendre des mesures pour bénéficier des différentes facilités qui vous sont offertes par le gouvernement de votre pays ou une quelconque organisation non gouvernementale et éviter les écueils liés à une connaissance limitée de son environnement.

La lecture de revues économiques est également un excellent moyen de vous informer sur l’environnement au sein  duquel vous comptez vous déployer. Pensez également à vous rapprocher de votre ministère de tutelle ou délégation régionale si vous êtes en région, tout autant que la sous-préfecture et la mairie.

Etudier la concurrence

Cette étape est importante car elle vous permet de tester votre idée en ce sens que vous pourrez recenser ce qui se fait déjà dans la pratique ainsi que les limites de l’existant exprimées par les consommateurs. Les sources d’informations sont diverses et complémentaires :

L’étude de marché vous permet d’évaluer le potentiel de développement de votre zone d’action, d’identifier vos concurrents ainsi que leurs méthodes et offres, de définir le besoin des consommateurs. Vous pourrez à ce moment comparer votre idée aux informations collectées et faire des ajustements si nécessaire. Après tout l’enjeu ici est de rester dans le réalisable et non l’utopie. Des outils assez simplistes dans l’utilisation et courants tels que  www.fr.surveymonkey.com et www.forms.app vous aideront à la collecte de données.

La Chambre de commerce de votre pays. Elle est un organisme où les données macro et microéconomiques qui vous font défaut sont compilées.

Les groupements professionnels s’il en existe sont également une source d’information.

 Quelques pistes dans la collecte des données sont :

  • La recherche des concurrents directs ainsi que leur positionnement sur le marché.
  • La recherche des concurrents indirects (agences de voyage en ligne, plateforme de services entre particuliers (airbnb), coutiers en voyages…)
  • Les offres et prix pratiqués
  • Les services disponibles (assurances voyages, garanties, moyens de transport, guides touristiques…)
  • Les partenariats à nouer (compagnies aériennes, camping, camps de vacances, agences de croisières, établissements hôteliers…)
  • Les prestataires divers pour les métiers supports (communication, fiscalité…)

Après analyses de toutes ces données, il importe de ficeler une offre innovante allant en droite ligne avec les attentes des clients et surtout  des services de qualité irréprochable pour conquérir le plus grand nombre en quelques temps.

Étoffer ses connaissances et adhérer si possible à un réseau

Si vous n’avez pas de formation initiale dans le domaine du tourisme, il serait judicieux pour vous de vous faire former. En effet cela augmentera vos chances d’évoluer en droite ligne avec votre corps de métier. Les organismes internationaux comme IATA forment dans les métiers liés au transport aérien tels que le ticketing. Il existe également des formations certifiantes en ligne délivrées par des organismes reconnus. Les connaissances en management, marketing- vente, ressources humaines et bien d’autres ne sont pas à négliger.

En sus des connaissances, il est bon d’appartenir à un réseau professionnel pour bénéficier d’avantages comme :

  • Les formations
  • Les apports en affaires
  • Les échanges de procédés
  • Les rencontres professionnelles (séminaires, colloques, rencontres à thèmes…)
  • La mutualisation de certains moyens de communication

Choisir la forme juridique

La forme juridique à adopter est très importante pour le développement de l’entreprise. Cela influence soit la fiscalité, soit l’octroi de financement. Il est à noter que la nomenclature des formes juridiques varie d’un pays à un autre même si on note des similitudes.

En France par exemple certains taux d’imposition sont fonction du statut juridique de l’organisation. 

Au Cameroun par contre et dans bien d’autres pays, il est difficile que le banquier accorde sa confiance à une entreprise ayant un seul propriétaire. Ce cas est récurrent pour les entreprises sous forme individuelle.

Les formes juridiques les plus courantes sont les suivantes : la société anonyme avec conseil d’administration (SA), la société anonyme simplifiée (SAS), la société en commandites par actions (SCA), la société à responsabilité limitée (SARL), la société en nom collectif (SNC), la société en commandites simples (SCS), l’entreprise individuelle (EI).

 Monter son plan d’affaire

Ce document est le récapitulatif de toutes les investigations effectuées par l’entrepreneur. Les informations pour la plupart chiffrées sont compilées en états financiers prévisionnels tels que :

  • Le bilan prévisionnel
  • Le compte de résultat prévisionnel
  • Le plan de financement retenu (fonds propres, emprunts, apports de business angels…)
  • Le budget de trésorerie sur la première année

L’ensemble de ces tableaux permet d’apprécier votre idée entrepreneuriale et de convaincre un éventuel bailleur de fonds (institution financière, business angel)

Passer à l’action

C’est le moment de vivre ses rêves plutôt que de rêver sa vie. Les démarches administratives doivent être entamées car elles sont plus ou moins longues en fonction des pays. Il existe des organismes étatiques qui  accompagnent les start uppers dans les démarches administratives de création d’entreprise. En fonction de la forme juridique retenue, un canevas préétabli permet au start upper de créer sa boite dans des délais réduits. Les questions liées aux baux professionnels sont également à traiter en cas de location d’espace à but professionnel. Il est cependant judicieux d’avoir un conseil juridique et fiscal pour les questions de négociations de franchise, partenariats, contentieux et bien d’autres.

Vous avez dès à présent une piste à suivre pour vous lancer. Vivez votre passion et surtout tenez bon car entreprendre c’est prendre des risques même celui de ne pas prospérer pendants un certain temps. N’oubliez pas que si vous ne vous levez pas chaque matin pour accomplir vos rêves, quelqu’un d’autre vous emploiera pour accomplir les siens. Rendez-vous au sommet ladies!!!!

À propos de l'auteur /

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour effectuer la recherche